a short site about The Divine Comedy

Grandiose Comedy

Les modes passent et Neil Hannon les regarde s’éteindre, le sourire en coin, fidèle à sa musique théâtrale et symphonique, marquée par un sens rare du lyrisme et de l’ironie. Depuis plus de dix ans, cet Irlandais rivalise sans complexe avec les hérauts de la brit pop. Pourtant, aux instruments standards du rock (même si le précédent Regeneration faisait la part belle aux guitares), le songwriter préfère de grands ensembles de cordes et de cuivres. Avec ce septième album, le trentenaire s’appuie sur ses références classiques, Ravel et Debussy en tête. Il se balade entre musique de chambre, chansons de cabaret et pop intime dans un style flamboyant et baroque. Au sommet de sa mégalomanie, son écriture mêle toujours avec la même habilité dérision, réalisme et poésie. Exubérant chroniqueur de la comédie humaine, Hannon livre l’un de ses plus beaux disques. Après Casanova


Damien Almira
Epok 45, 04/2004