a short site about The Divine Comedy

The Divine Comedy aime la gent féminine

Neil Hannon, auteur stylé plus prolifique que jamais.
Neil Hannon, auteur stylé plus prolifique que jamais.
Après avoir composé le thème de The IT Crowd, la nouvelle sitcom de Graham Linehan, écrit le morceau ‘Home’ pour l’album Fictions de Jane Birkin, collaboré à l’élaboration de l’album de Charlotte Gainsbourg et composé les musiques de plusieurs films, l’Irlandais Neil Hannon est heureux de présenter à ses fans le neuvième album de The Divine Comedy, Victory for the Comic Muse. Onze morceaux écrits, produits et arrangés par Neil et enregistrés avec vingt-huit musiciens. Rencontre.

Vous dites que cet album est moins nombriliste que les deux précédents. Est-ce un nouveau départ ?
Oui, en quelque sorte. D’habitude, quand je sors un album, j’ai déjà les morceaux depuis deux ou trois ans. Victory for the Comic Muse a été fait comme ça, sur un coup de tête. Je n’avais pas l’intention de sortir un album, j’avais déjà assez de boulot à côté. Si cet album est moins nombrilliste, c’est sans doute parce que j’étais plus cool.

Vous avez travaillé avec vingt-huit musiciens ; ce n’était pas trop dur ?
Ces musiciens sont des professionnels qui ont vraiment compris le son que je voulais. J’ai composé tous les morceaux, je les ai arrangés, mais ce sont eux finalement qui ont fait le plus gros du travail. Nous avons réalisé les enregistrements en live, en un temps précis, dans un lieu précis, du coup, le son est particulièrement vivant et énergétique, avec des mélodies très différentes suivant les titres.

Pourquoi ce titre : Victory for the Comic Muse ?
C’est une réplique de Chambre avec vue de James Ivory, j’adore ce film. Je l’ai choisi un peu comme ça. On m’a pressé pour avoir un titre, c’est sorti tout seul. C’est aussi un clin d’œil au titre de mon premier album. Fanfare for the Comic Muse.

Les femmes sont très présentes dans les textes de cet album…
Je crois que je comprends mieux les femmes que les hommes (rires), même si elles m’effraient. ‘TO die a virgin’ raconte l’histoire d’un ado qui veut sortir avec une fille : au final, c’est une chanson sur un garçon, pas sur une fille. ‘Diva lady’ parle de femmes, c’est sûr, et même d’une femme en particulier, mais vu le texte, je ne dirai pas qui c’est ! ‘A Lady of a certain age’ parle d’une veuve…

Vous avez écrit un morceau pour Jane Birkin et collaboré à l’album de Charlotte. Vous êtres amoureux des Gainsbourg ?
J’ai écrit un morceau pour Jane à sa demande, mais je ne l’ai jamais rencontrée ! Elle m’a appelé comme ça, un jour, de l’aéroport d’Istanbul, elle m’a proposé et j’ai dit oui. Quant à Charlotte, je dois rester discret car son album n’est pas sorti. Elle travaillait avec Nigel Godrich et Air, et puis ils m’ont appelé pour faire des textes. Quand Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin (Air) écrivent en anglais, c’est bien pour un Français, mais pour quelqu’un qui parle aussi bien anglais que Charlotte, ça fait bizarre…


Aurélie Sarrot
Metro France 30/06/2006