a short site about The Divine Comedy

La pop sophistiquée de Divine Comedy

Neil Hannon, le leader du groupe The Divine Comedy.
Neil Hannon, le leader du groupe The Divine Comedy.
L’irlandais Neil Hannon, dont le magnifique nouvel album Victory For The Comic Muse est sorti récemment, a une idée très précise de ce qu’est une bonne chanson: “Pour moi, ça doit raconter quelque chose. Je ne supporte pas ces chansons qui ne veulent rien dire même si elles rencontrent une certaine résonance de la part du public.” Avec de telles exigences, son groupe The Divine Comedy – qui se résume à lui seul, entouré de quelques musiciens – ne pourrait rencontrer qu’un succès confidentiel. C’est d’ailleurs quasiment le cas depuis neuf albums, sauf chez un farouche clan d’aficionados des deux côtés de la Manche sensible à sa pop orchestrale et sophistiquée.

Trop élitiste? “Vous croyez ? Demande-t-il alors avec un flegme très britannique, tout en chassant une poussière de sa veste en velours. J’ai tout de même signé quelques jolis morceaux et je suis toujours dans le circuit. On me demande même des chansons pour les autres…”

Pour Jane Birkin notamment, ou encore pour l’album à venir à la rentrée de sa fille Charlotte Gainsbourg, où il a collaboré avec les Français de Air, l’Anglais Jarvis Cocker et le producteur Nigel Godrich, responsable de la résurrection artistique de Paul McCartney l’an passé. Quel a été le rôle de Neil Hannon au sein de cette dream team? “Juste un peu de réécriture, confie-t-il. Les gens de Air écrivent dans un anglais qui leur est propre mais leurs textes, dans la bouche de Charlotte, qui parle parfaitement notre langue, ont eu besoin d’être rectifiés. Rien de grave.” En attendant, se plonger dans son Victory For The Comic Muse provoque un plaisir sans pareil. Grandiloquentes et baignées de cordes, les chansons de Neil Hannon passionnent de bout en bout, de l’introductif ‘To Die A Virgin’ en passant par le superbe ‘A Lady Of A Certain Age’. Bref, du grand art.


Sébastien Catroux
Le Parisien 14/08/2006