a short site about The Divine Comedy

Regeneration

Drôle de carrière que celle de Neil Hannon. Découvert en 93 avec un premier album d’inspiration baroque, le maître à penser de Divine Comedy n’a eu de cesse depuis que de vouloir approcher la perfection pop, et ce en essayant d’y parvenir par tous les moyens (Arrangements orchestraux, touches de classique ou patchwork 60’s). Le songwriter-arrangeur est souvent passé près du jackpot (le single ‘Something For The Week-End’ en 96), et a parfois complètement perdu les pédales (le risible ‘Generation Sex’ en 98). Regeneration marque le retour de Neil Hannon du côté des instrumentations sobres et mélodiques. De l’arpège obsédant de ‘Timestretched’ à la croonerie de ‘The Beauty Regime’ en passant par l’ensoleillé ‘Perfect Lovesong’, ce nouvel album de Divine Comedy est traversé de bout en bout par la production impeccable de Nigel Godrich (Radiohead, Travis). Il n’est donc pas étonnant de retrouver des traces d’OK Computer dans les troublants ‘Lost Property’, ‘Eye Of The Needle’ et ‘Dumb It Down’ qui jalonnent l'album le plus réussi à ce jour du dandy aux costumes de velours côtelé.


N. Imouque
Rock Mag 04/2001