a short site about The Divine Comedy

Absent Friends

Divine Comedy: Neil Hannon en adepte de Scott Walker et de la promotion canapé.
Divine Comedy: Neil Hannon en adepte de Scott Walker et de la promotion canapé.
Grandiose, en un mot

Grands furent la frayeur et le soulagement qui lui a succédé. Car la première écoute des trois titres qui ouvrent ce sixième album de The Divine Comedy, plus que jamais réduit à son cœur, son âme et sont vit, Neil Hannon, nous plongea dans une profonde affliction. Cette fois malgré un virage à gauche avec le précédent Regeneration, Neil avait définitivement sombré dans le chaudron à mélasse, submergé par son obsession pour Scott Walker et sa variété baroque. En fait, pas du tout. Car la suite nous a appris qu’il s’agissait là d’un album somptueux, l’un des plus beaux qu’ait enregistré le petit Irlandais. Et après une préface un peu laborieuse, les cordes et les cuivres dominant largement l’instrumentation, les arrangements pour orchestre se révèlent grandioses et les chansons magnifiques. Sans compter les textes, aussi drôles qu’émouvants, et le Neil qui chante comme jamais. Et, oui, il y a un tube. Splendide!


Manuel Rabasse
Rolling Stone France 17, 04/2004