a short site about The Divine Comedy

Victory For The Comic Muse

Le nouvel album de The Divine Comedy, Victory For The Comic Muse, s’inscrit dans une nouvelle voie initiée il y a deux ans avec Absent Friends. Désormais seul aux commandes, Neil Hannon cultive sa part d’ombre dans des compositions qu’il qualifie lui-même de ‘pop symphonique’.

Neil Hannon, chef d’orchestre d’une divine comédie qui nous enchante depuis les années 1990, est un Irlandais raffiné. Ses mélodies éloquentes font d’ailleurs pâlir d’envie plus d’un musicien.

A 36 ans, ce fluet personnage signe avec Victory For The Comic Muse son dixième album, un joyau sur lequel se promène sa voix, plus solide, ses orchestrations puissantes au service d’histoires sucrées ou troubles (solitude, histoires d’amour ratées…). Cet album d’un lyrisme plus austère est un clin d’oeil au premier de la formation, dont Neil Hannon est le seul rescapé, intitulé Fanfare For The Comic Muse. Une décennie s’achève. Et avec, l’avènement d’une élégance sobre dans les compositions. Après une entrée en matière dans la lignée des anciens Divine Comedy avec le tubesque To Die A Virgin, ce faiseur de mélodies entêtantes abandonne la légèreté rieuse comme sur A Lady Of A Certain Age ou Snowball In Negative. A fleur de peau, velouté et émouvant, Victory For The Comic Muse s’écoute tout simplement en boucle.


E.D.
Tout1nfo 28/06/2006